Méthodes et techniques d'un ami, pour créer votre Jardin


06/10/2012

Faut-il épandre de la cendre de bois dans le jardin ?


La composition des cendres varie selon de nombreux paramètres, qui sont essentiellement les espèces végétales brûlées, les parties des plantes (écorce, tronc, ou jeunes branches par exemple), la nature du sol, ainsi que la période de l'année durant laquelle ces plantes ont été récoltées. Les cendres de bois sont généralement riches en potasse alors que celles d'herbes seront riches en silice. On peut considérer que les éléments non organiques qui constituent les cendres de bois sont en majorité basiques avec 25 à 50 % de chaux (oxyde de calcium1 ou chaux vive), 13 % de potasse (oxyde de potassium1) et soude (oxyde de sodium), 9 % au total d'oxydes tels que : oxyde de magnésium (magnésie), oxyde de fer, oxyde de manganèse. Les oxydes de calcium, de potassium et de sodium sont des bases fortes. Les constituants acides : acide phosphorique, acide silicique, acide sulfurique sont peu présents, et, en présence des bases citées ci-dessus, se retrouvent généralement sous forme de sels, respectivement des phosphates, des silicates et des sulfates. D'autres substances telles que le soufre, le chlore, le fer ou le sodium n'apparaissent qu'en faibles quantités et d'autres encore ne se trouvent dans le bois qu'exceptionnellement comme l'aluminium, le zinc, le bore etc… (selon notamment les oligoéléments puisés dans le sol par les plantes qui ont été brûlées afin de produire ces cendres). On constate une variation des matières minérales avec l'espèce de bois brûlé. Ainsi nous trouvons davantage de chlore dans les résineux que dans les bois feuillus (7 fois plus dans l'épicéa que dans le chêne). Nous trouverons 2 fois plus d'acide phosphorique dans le peuplier tremble que dans le chêne, et deux fois plus de magnésie dans l'orme que dans le pin sylvestre. Les comparaisons portent évidemment, sur des bois ayant poussé dans les mêmes conditions. La nature du sol a une influence considérable sur la composition chimique des cendres de végétaux. La nature et la quantité des matières minérales formant les cendres varient également avec les diverses parties de l'arbre. L'écorce en contient plus que le bois, les branches plus que le tronc et le tronc plus que les racines. Les sels de silicium et de calcium sont plus abondants dans l'écorce que dans le bois tandis que les sels de potassium prédominent dans le bois. A proprement parler, ce n'est que lors de la combustion des matières organiques que ces sels de calcium et de potassium donnent respectivement la chaux et la potasse retrouvés dans les cendres. On a constaté aussi une variation suivant la saison d'abattage. Si l'on abat en été, on trouve une plus forte proportion de potasse et d'acide phosphorique. Ces éléments favorisant certains organismes de fermentation, la conservation de tels bois sera moins bonne.Les cendres sont depuis toujours utilisées comme engrais (pour leur richesse en minéraux et en oligoéléments) notamment dans les techniques ancestrales de brûlis, écobuage et essartage. Elles peuvent aussi être utilisées en amendement (une pelletée de cendres par m2 permet de recharger le sol en éléments minéraux). Les cendres de bois ont un grand pouvoir alcalinisant dû à leur contenu élevé en chaux et en potasse. Elles agissent rapidement sur le pH du sol, mais leur effet est de courte durée à ce niveau là. Par contre, l'apport en oligoéléments contenus dans les cendres peut être nettement plus durable, pour peu que les cultures ne soient pas trop intensives. Elles doivent être incorporées au sol ou au compost au printemps, en fonction des besoins du sol et des cultures qui y seront établies. Une analyse de sol peut être effectuée en laboratoire afin de déterminer les amendements à y effectuer, sous forme d'engrais, de chaux agricole ou de cendres. Les cendres permettent d'apporter de très nombreux minéraux nécessaires à la croissance des plantes, mais les cendres ne doivent pas constituer la seule source d'amendement du sol, puisqu'elles ne contiennent pas d'azote. Afin de réaliser de l'agriculture biologique, dans une parcelle sur laquelle des cendres ont été répandues, il est possible d'enrichir le sol en composés azotés grâce à l'enfouissement de matières organiques produites par des plantes légumineuses, comme la luzerne ou le trèfle, afin de planter l'année suivante des plantes aux forts besoins en azote. Les cendres de bois sont très solubles et salines. Une quantité excessive de sels dans le sol inhibe la croissance des végétaux et cause souvent la mort des micro-organismes. De plus, par leur caractère très alcalin (comme la chaux), les cendres peuvent altérer fortement les parties des plantes avec lesquelles elles ont été mises en contact directement. Pour augmenter graduellement le pH de 0,3 à 0,4 unité (exemple : pour faire passer le pH de 6,2 à 6,5) : 10 kg/100 m2. Pour maintenir le pH, une fois la valeur recherchée atteinte : 5 kg/100 m2. En terre calcaire, il vaut mieux éviter ou limiter l'apport à une pelletée de cendres pour 5 m2. « Qui sème potasse récolte en masse » dit le dicton. En effet, la teneur en potasse de la cendre ne favorise pas la pousse des végétaux (c'est le rôle de l'azote) mais la rend plutôt bénéfique au développement des fleurs et des fruits telles que betteraves, haricots, pommes de terre, céréales particulièrement gourmands en potasse. À cause de la présence de calcium, il est préférable de ne pas employer la cendre sur les massifs de plantes acidophiles plantées en terre de bruyère ou sur les semis. Dans le doute, on peut la jeter à petite dose au compost qu'elle enrichira (de trop fortes doses anéantiraient la vie bactérienne et fongique nécessaire à la maturation du compost). L'application répétée de grandes quantités de cendres dont vous ne connaissez pas parfaitement l'origine (nature des produits brûlés ayant servi à les former) peut également entraîner une accumulation d'éléments toxiques (plomb, cadmium) dans le sol et nuire à l'assimilation des minéraux par les plantes. Il est donc recommandé d'utiliser cet amendement avec modération, surtout si vous ne savez pas ce qui a été brûlé pour donner ces cendres. Autre usage au jardin : lorsqu'on veut éloigner les limaces et escargots, on répand de la cendre en fortes proportions aux endroits qu'elles fréquentent. Elles ne franchissent pas cette barrière qui assèche leur bave. A renouveler en cas de pluie. http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/deed.fr

1 commentaire:

  1. Anonyme5/11/12

    Totalement par hasard nous avons répandu des cendres aux pieds des rosiers plein de pucerons, l'année d'après il n'y avait plus de pucerons. Rien que pour avoir de beau rosiers cela vaux le coût.

    Maymay

    RépondreSupprimer

Laissez vos commentaires

Une erreur est survenue dans ce gadget